prothèses mammaires

Quand faut-il changer ses prothèses mammaires ?

La pose dimplants mammaires est un acte qui compte de plus en plus d’adeptes et ce principalement grâce à  l’évolution des procédures chirurgicales et des matériaux prothétiques. Mais il est important de rappeler que les prothèses mammaires restent un produit préfabriqué qui doit subir l’usure comme n’importe quelle autre matière. Aussi, le recours au changement des prothèses doit être une procédure évidence pour les patientes qui en sont porteuses.

Prothèses mammaires : Durée de vie

Il n’existe pas à ce jour la certitude en rapport avec le délai au bout duquel le changement doit être effectué mais une dizaine d’années est la supposition la plus répandue car c’est le chiffre qui correspond au délai de couverture par l’assurance des laboratoires fournisseurs de prothèses. En se basant sur cette information, tous les chirurgiens recommandent un contrôle et le changement à cette période. Le médecin rappellera à la patiente, en cette occasion, qu’il vaut mieux remplacer des vieilles prothèses  et en bon état que d’attendre qu’elles se rompent ou s’usent et être obligé de le faire dans l’urgence.

Pour cette pratique, généralement, c’est la même voie que pour la première insertion qui est privilégiée ce qui aura pour avantage de laisser les mêmes cicatrices. La patiente va demander des prothèses identiques aux anciennes ou un peu plus volumineuses ce qui demande une légère augmentation de la loge prothétique. En cas de ptôse associée, la procédure peut inclure un lifting des seins et c’est tout à fait normal du moment que ceci est dû principalement à l’évolution morphologique de la patiente et au changement anatomique du sein après 10 ans. Les cas de figure peuvent être différents et ceci dépend  de la position des implants et du degré de la ptôse.
De ce fait, dans le cas d’une ptôse modérée, la reprise se fait donc à travers l’ancienne voie d’abord et la nouvelle prothèse peut être placée en avant du muscle afin éventuellement de suivre un relâchement cutané ultérieur. Si la ptôse est sévère, c’est le rehaussement des seins qui prime, les voies d’abord et les cicatrices seront donc différentes, et le remplacement des prothèses se fera en dernier lieu, en gardant ou en changeant la loge.

Implants mammaires : Un changement précoce est-il possible ?

Il est possible de dire que nous ayons plusieurs situations qui peuvent entraîner un remplacement précoce des prothèses mammaires. Premièrement, Il faut savoir que les prothèses mammaires sont considérées comme étant un corps étranger pour le corps humain et de ce fait,  même si elles sont bien tolérées, l’organisme va d’abord chercher à se défendre via la  fabrication d’une capsule fibreuse qui isole la prothèse du tissu environnant : c’est la rétraction capsulaire. Ce phénomène est considéré comme étant tout à fait normal et peut même passer inaperçu chez la majorité des patientes porteuses de prothèses mammaires. Cependant, chez environ 3 à 5% des patientes, cette rétraction capsulaire s’intensifie avec le temps ce qui entraîne une déformation du sein et son durcissement : c’est ce qu’on appelle une coque. La position rétro-musculaire des prothèses est un dispositif imaginé par les chirurgiens pour diminuer le risque de coque par effet de friction pendant les contactions musculaires.

De nos jours, avec l’utilisation des nouvelles prothèses en gel de silicone très cohésif avec  une couverture en polyuréthane et des nouvelles procédures d’implantation mammaire, il est devenu très rare d’avoir affaire à des coques. Mais parfois, il est possible de rencontrer des patientes, porteuses d’anciens modèles prothétiques, souffrant à des degrés plus ou moins importants. le nettoyage de la loge et la mise en place d’une nouvelle prothèse de taille identique. Dans un désir esthétique, une plastie mammaire peut y être associée.

La rétraction capsulaire peut également provoquer une rupture de la prothèse mammaire. Si la prothèse rompue est remplie de sérum physiologique, la seule urgence est donc d’ordre esthétique.
Dans le cas où la pose des prothèses est récente, il convient de changer uniquement la prothèse rompue. Dans le cas où la pose est plus ancienne, il vaut mieux remplacer les deux pour un meilleur rendu esthétique et opter pour la nouvelle génération de prothèses en silicone. Si la rupture est celle d’une prothèse contenant du gel de silicone, il est préférable d’agir plus rapidement. Comme pour les prothèses remplies de solution saline, le remplacement d’une ou des 2 prothèses est dépendant de l’ancienneté. Généralement, c’est la voie sous-axillaire qui est préférée car elle permet un accès à la fois facile et élargi afin d’éliminer le maximum de gel, au cas où il aurait fusé, et nettoyer la loge prothétique avant de remplacer les prothèses défectueuses. Mais le choix se fera en fonction de la voie initiale et de la nécessité ou non d’agrandir l’accès. Dans ce cas, un examen radiographique peut se révéler nécessaire et orienter vers la meilleure voie en premier lieu.

La différence entre les pratiques, les produits, les chirurgiens, les patientes et leur mode de vie fait qu’il est possible de fixer le délai et la procédure de remplacement des implants mammaires. Mais généralement, il faut savoir que les prothèses doivent faire l’objet d’un suivi régulier, qu’au bout de 10 ans il vaut mieux penser à en changer, que la moindre modification de forme ou de texture doit être signalée au médecin et que dans les cas extrêmes, qui sont très rares, le changement est toujours possible car la pose d’implants mammaires est une intervention réversible avec des suites opératoires plus faciles.

Vous voulez en savoir davantage sur la procédure de changement des prothèses mammaires, contactez-nous

Categories:

Posted by admin

Augmentation mammaire
Mastopexie
Reduction mammaire
chirurgie esthétique seins
augmentation mammaire tunisie
lifting mammaire tunisie
lipofilling mammaire tunisie
reduction mammaire tunisie